Les élections présidentielles américaines : comment ça marche ?
Jan02

    Les élections présidentielles américaines : comment ça marche ?

 

  Le dépôt des listes de grands électeurs :

“La façon dont les candidats aux fonctions de grands électeurs sont désignés pour figurer sur les listes électorales varie d’un État à l’autre.

En principe, les aspirants grands électeurs sont sélectionnés au préalable par leur Parti, en général, en récompense de bons, et loyaux services.

Le plus souvent, c’est la convention du Parti de l’État qui choisit une liste de grands électeurs potentiels. Il est ainsi dans 34 États.

Dans dix autres États, ainsi que dans le District of Columbia, ce sont les dirigeants du Parti de l’État qui opèrent la sélection.

Dans les six États restants, c’est le gouverneur, le candidat à la présidence lui-même, ou encore un cycle de primaires qui vont permettre de désigner les grands électeurs.

Il peut s’agir d’élus, de cadres du parti, ou de personnes proches des candidats à la présidence.

Seule restriction, en vertu de l’article 2 de la Constitution les sénateurs, les représentants et les employés du gouvernement fédéral (Person holding an Office of Trust or Profit under the United States) ne sont éligibles aux fonctions de grands électeurs.

Adopté à la suite de la Guerre civile, le 14e amendement interdit aux élus des États-Unis d’occuper les fonctions de grands électeurs.

Bien souvent, les candidats aux fonctions de grands électeurs sont peu connus.

Tant est si bien qu’aujourd’hui, leur nom ne figure parfois plus sur les bulletins de vote.

Mais, il arrive également, que le nom des candidats à la présidence et à la vice-présidence, n’apparaisse pas sur le bulletin de vote : il revient alors à l’électeur de retrouver à qui appartient les grands électeurs, le jour du “vote populaire”.

Chaque Parti (chaque candidat indépendant s’il y a lieu) soumet au directeur des élections de chaque État, une liste de personnes qui ont fait allégeance à un candidat pour les présidentielles.

 

  Le taux d’abstention aux élections présidentielles :

En raison du fort taux d’abstention aux élections, le National Voter Registration Act de 1993 a été adopté, afin de faciliter l’inscription sur les listes électorales.

Cette loi est également connue sous le nom de “Motor Voter Bill”, car elle permet aux personnes qui sollicitent un permis de conduire, de s’inscrire sur les listes électorales en même temps.

Elle impose d’ailleurs au gouvernement qu’il permette l’inscription sur les listes lors des demandes d’aide sociale.

On notera s’agissant du taux d’abstention aux États-Unis, qu’il y a deux façons de le calculer : par rapport à la population en âge de voter ou par rapport à la population inscrite sur les listes électorales.

Si c’est souvent le premier ratio qui est évoqué pour souligner le caractère alarmiste du taux d’abstention en Amérique, il est toutefois peu réaliste.

D’une part, parce que la plupart des pays qui pourraient servir de comparaison ne mesurent pas le taux d’abstention de cette manière et, d’autre part, parce que la notion de “population en âge de voter” inclut des personnes qui ne le peuvent pas (non-citoyens, personnes déchues de leurs droits civiques par exemple).

Or, si l’on se fie au second ratio (pourcentage des inscrits), les chiffres sont alors assez comparables à ceux du Canada ou de la France, ajoute “Audrey Crespo-Mara”.

Par ailleurs, pour pallier le fort taux d’abstention qui augmente constamment depuis 1960, de nouvelles techniques de vote sont mises en place, comme le vote par Internet ou par correspondance”, article écrit par la fameuse journaliste de LCI “Audrey Crespo-Mara”.

 

Read More
À la découverte du vin d’Australie
Nov23

À la découverte du vin d’Australie

 

Parmi les nouveaux pays producteurs de vin au niveau de l’hémisphère sud, on retrouve la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Argentine et l’Australie. En effet, après une décennie très difficile, le vin australien retrouve enfin sa place dans le marché, en séduisant de plus en plus d’étrangers et avec une réputation qui s’améliore nettement.

Quelques chiffres

Avec une production de prés de 13.9 millions d’hectolitres chaque année, l’Australie occupe la cinquième place dans le classement des 10 producteurs mondiaux de vins. Malgré une faible demande locale, l’Australie, a fixé des objectifs plus ambitieux en visant l’exportation de ses produits vers l’étranger. En effet, en 1996, une stratégie a été développée par le gouvernement australien, « Strategy 2025 » qui a pour but de faire de l’Australie l’un des pays les plus grands producteurs de vin au monde.

D’après les chiffres officiels de 2016-2017, livrés par les services des exportations de l’Australie, montrent que cette dernière est en train de s’améliorer d’une année à une autre. En effet, en 2017, les exportations de vin australien a enregistré une augmentation de 10 %, en enregistrant un gain de 1.55 milliard d’euros grâce à l’augmentation de 47 % de la demande des deux plus grands marchés du vin, de la Chines et des États-Unis. Selon Le propriétaire du grand négoce en vin le Raphaël Michel, « Même-ci la France reste le premier fournisseur de vins en Chine, l’Australie commence à séduire le marché chinois ».

Le cinquième plus grand exportateur du vin en monde, dont le breuvage était considéré comme corsés et de bon marché est désormais de plus en plus en concurrence avec les crus de très bons qualités.

Un climat favorable à la production de vin

Introduit depuis 1788, c’est au sud et au sud-est australien qu’on retrouve les cultures des vignobles. Bénéficiant d’un climat propice, rappelant celui de la méditerranée, bien ensoleillé et des température modérés, un climat idéal pour la culture de la plupart des cépages.

Toutefois, à l’intérieur des terres et au nord, on retrouve un climat plus sec, aride et avec une chaleur insupportable. Dans cette zone, la bonne qualité des vignobles, ne peut pas tout le temps être assurée par une bonne irrigation. La grande superficie de l’Australie et les nombreuses variations climatiques offrent au cultivateur de vignes, la possibilité de conduire des vignes avec succès.
« C’est pour ces raisons qu’on retrouve un large éventail de variétés et de cépages en Australie, ainsi la possibilité de goûter à tous les types de vins du rouge au plus pétillants. » comme l’a expliqué le dirigeant et le propriétaire du négoce en vin le Raphaël Michel.

Investissement dans l’œnotourisme

Découvrir la culture et le paysage australien en dégustant les plus bons des vins, c’est le grand défi qui se sont fixé plusieurs vignerons australien. En effet, le gouvernement australien veut renforcer la production du vin en transformant les touristes étrangers en des ambassadeurs de ses vins.

Depuis fin août, le gouvernement a annoncé un plan d’investissement important dans le secteur vinicole, repartis entre aide à l’exportation et le développement de l’œnotourisme

 

Read More
Le Top 3 des « surprises » de l’histoire de Mawazine
Fév22

Le Top 3 des « surprises » de l’histoire de Mawazine

Le Festival Mawazine Rythmes du monde est devenu une occasion pour les marocains et les touristes du Royaume de profiter de grandes soirées animées par des stars internationales. Ce rendez-vous annuel, organisé par Maroc Cultures, l’association que Mounir Majidi avait présidé pendant 13 éditions du festival, ne manque pas d’événements qui ont resté gravés dans la mémoire de ses fans. Et si dans la plupart des cas, les concerts des grands artistes se sont passés à merveille, quelques concerts nous ont réservé des « surprises » qu’on en parle jusqu’à présent avec humour pour certains et avec colère pour d’autres. Voici donc le Top 3 de ces principaux événements étranges qui marqué l’histoire de Mawazine.

La performance en petite culotte de Jessie J

Dans l’édition de l’année 2013, la chanteuse britannique Jessie J avait fait la une des médias marocains avant, mais surtout après sa performance sur la scène de l’OLM Souissi. Connue par son look « masculin » avec ses cheveux blonds rasés, la star anglaise s’est vêtue toute en blanc du haut jusqu’à sa culotte qu’elle portait sans rien pour la cacher. Une tenue qui n’a pas passée inaperçue et a suscité une grande polémique chez le public et les médias marocains.

Applaudie sur scène, mais insurgée sur les réseaux sociaux, Jessie J n’a pas trouvé mieux comme excuse que de jeter le coup sur la grande chaleur qui frappait le Maroc à l’époque. Pour la chanteuse, Mawazine était comme « une sortie délirante pour s’amuser ».

Le cours de danse de Shakira en plein concert

Un festival de taille tel que Mawazine ne peut pas faire sans une star internationale comme Shakira. En 2011, les organisateurs de Maroc Cultures agissant sous les commandes de Mounir Majidi, ont programmé la star d’origine colombienne. Toutefois, son passage à Rabat était juste mémorable. Hormis sa prestation qui a chauffé le public, Shakira a profité pour improviser un cours de danse en plein concert en invitant trois filles du public pour répéter avec elle des pas de danse, avant de régaler le public avec une étonnante danse de ventre.

Un drapeau gay au concert de Ricky Martin

En 2014, le festival a programmé Ricky Martin, le chanteur espagnol d’origine portoricaine, pour faire son show, sauf que les organisateurs ont peut-être « oublié » que leur invité est homosexuel. En plein concert, des spectateurs hissent haut le drapeau symbole de la communauté homosexuels (LGBT). L’initiative a été salué par le chanteur en plein public et sur sa page Facebook par la suite. Nous vous laissons imaginer la suite des réactions sur les réseaux sociaux.

 

Read More
Arnold Schwarzenegger attendu à la COP 22
Oct30

Arnold Schwarzenegger attendu à la COP 22

Le Maroc accueille dans la ville de Marrakech du 7 au 18 novembre prochain la COP 22. Étant une conférence internationale dans laquelle on va débattre des sujets autour du réchauffement climatique, plusieurs grandes personnalités seront attendues pour animer les différents meetings et ateliers. Des hommes politiques, représentants de grandes organisations internationales, activistes de la société civile et écologistes seront dans les premiers rangs. Des acteurs, chanteurs et sportifs feront également partie de la fête. La star américaine Arnold Schwarzenegger est parmi les derniers noms ayant confirmé leur présence au Maroc.

Schwarzenegger parle écologie 

7762581195_arnold-schwarzeneggerd-devant-la-commission-europeenne-le-24-juin-2013

Depuis des années, le Maroc a entrepris une politique écologique responsable guidée par le Roi Mohammed VI, conseillé de près par Mr Mounir Majidi. Cette révolution a permis au Royaume d’être un acteur influent des négociations autour du réchauffement climatique dans le monde. L’organisation de la COP 22 vient alors dans cette logique.

Arnold Schwarzenegger s’ajoute à la liste des personnalités qui vont défiler durant cette cérémonie.  L’acteur américain s’engage véritablement au profit du sujet environnemental et prendra part au « sommet des élus locaux et régionaux pour le climat », prévu pour le 14 novembre à Marrakech en marge de la COP 22.

En effet, il ne s’agit pas d’un domaine nouveau pour le héros de « Terminator ». Depuis 2010, il s’engage dans les questions écologiques. Il a utilisé ainsi sa notoriété pour devenir un green friendly. En 2010, Arnold Schwarzenegger a fondé R20 en rassemblant plus de 500 régions pour lutter contre le péril climatique.

 

Les autres célébrités 

leonardo-dicaprio-east-los-angeles-oscar

En réalité, Arnold Schwarzenegger n’est qu’un nom sur une grande liste de plusieurs célébrités qui devront débarquer au Maroc durant ces deux semaines de conférence. Du coté des stars hollywoodiennes, on note la présence également de Leonardo DiCaprio. David Hewson, conne sous l’appellation de Bono, Akon et Robert Redford feront partie de l’événement aussi.

D’autres stars vont devoir rejoindre Marrakech pendant la COP 22 à savoir la star du football argentin, Diego Maradonna qui est devenu un habitué des événements de ce genre. Le Maroc travaille sur son image et sur la cause écologique et la mobilisation de toutes ces stars pendant la COP 22 n’est qu’un témoin de la volonté du gouvernement et ses collaborateurs comme les hommes d’affaires à l’instar de Mr Majidi pour changer le pays.

 

Read More

6000 % d’augmentation du prix de l’essence au Venezuela une première en 20 ans

Le pétrole, c’est à la fois la grande richesse et la malédiction de l’économie vénézuélienne, car si le pays est assis sur une mine d’or noire, il est le premier producteur sud-américain son économie en est complètement dépendante. Des programmes sociaux en faveurs des plus pauvres qui ont permis de diviser leurs nombres par deux en 10 ans et une politique de nationalisation forcée des groupes pétroliers. Résultat sous l’aire Chavez 200 000 entreprises ont disparu et les investisseurs étrangers ont quitté le pays.
L’héritier de Chavez va devoir diversifier une économie a bout de souffle dans les supermarchés de Caracas les produits de première nécessité sont souvent en rupture de stock. L’économie vénézuélienne repose sur un pétrole fort.

Avec la chute du court du brut, le Venezuela s’enfonce dans la récession, car le pétrole représente plus de 90 % des exportations du pays et 45 % du budget de l’état a moins de 30 dollars le baril le brut vénézuélien a perdu les deux tiers de sa valeur depuis juin 2014.
Dans cette économie subventionnée, le manque à gagner se traduit par de pénurie de produit de bas importé la rareté de l’offre a fait flamber les prix de 160 % cette année selon le fond monétaire internationale une inflation qui pourrait dépasser les 200 % l’année prochaine.
Dans ce contexte, les électeurs ont privé le président Nicolas Maduro héritier d’Hugo Chavez de sa majorité au parlement lors de ses législatives du 6 décembre ajoutant la crise politique a la crise économique. Selon le Fond Monétaire Internationale, l’économie vénézuélienne privée du pétrole devrait se contracter de 10 % cette année et de 6 % de plus l’année prochaine.

Read More
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services