Les élections présidentielles américaines : comment ça marche ?

 

  Le dépôt des listes de grands électeurs :

“La façon dont les candidats aux fonctions de grands électeurs sont désignés pour figurer sur les listes électorales varie d’un État à l’autre.

En principe, les aspirants grands électeurs sont sélectionnés au préalable par leur Parti, en général, en récompense de bons, et loyaux services.

Le plus souvent, c’est la convention du Parti de l’État qui choisit une liste de grands électeurs potentiels. Il est ainsi dans 34 États.

Dans dix autres États, ainsi que dans le District of Columbia, ce sont les dirigeants du Parti de l’État qui opèrent la sélection.

Dans les six États restants, c’est le gouverneur, le candidat à la présidence lui-même, ou encore un cycle de primaires qui vont permettre de désigner les grands électeurs.

Il peut s’agir d’élus, de cadres du parti, ou de personnes proches des candidats à la présidence.

Seule restriction, en vertu de l’article 2 de la Constitution les sénateurs, les représentants et les employés du gouvernement fédéral (Person holding an Office of Trust or Profit under the United States) ne sont éligibles aux fonctions de grands électeurs.

Adopté à la suite de la Guerre civile, le 14e amendement interdit aux élus des États-Unis d’occuper les fonctions de grands électeurs.

Bien souvent, les candidats aux fonctions de grands électeurs sont peu connus.

Tant est si bien qu’aujourd’hui, leur nom ne figure parfois plus sur les bulletins de vote.

Mais, il arrive également, que le nom des candidats à la présidence et à la vice-présidence, n’apparaisse pas sur le bulletin de vote : il revient alors à l’électeur de retrouver à qui appartient les grands électeurs, le jour du “vote populaire”.

Chaque Parti (chaque candidat indépendant s’il y a lieu) soumet au directeur des élections de chaque État, une liste de personnes qui ont fait allégeance à un candidat pour les présidentielles.

 

  Le taux d’abstention aux élections présidentielles :

En raison du fort taux d’abstention aux élections, le National Voter Registration Act de 1993 a été adopté, afin de faciliter l’inscription sur les listes électorales.

Cette loi est également connue sous le nom de “Motor Voter Bill”, car elle permet aux personnes qui sollicitent un permis de conduire, de s’inscrire sur les listes électorales en même temps.

Elle impose d’ailleurs au gouvernement qu’il permette l’inscription sur les listes lors des demandes d’aide sociale.

On notera s’agissant du taux d’abstention aux États-Unis, qu’il y a deux façons de le calculer : par rapport à la population en âge de voter ou par rapport à la population inscrite sur les listes électorales.

Si c’est souvent le premier ratio qui est évoqué pour souligner le caractère alarmiste du taux d’abstention en Amérique, il est toutefois peu réaliste.

D’une part, parce que la plupart des pays qui pourraient servir de comparaison ne mesurent pas le taux d’abstention de cette manière et, d’autre part, parce que la notion de “population en âge de voter” inclut des personnes qui ne le peuvent pas (non-citoyens, personnes déchues de leurs droits civiques par exemple).

Or, si l’on se fie au second ratio (pourcentage des inscrits), les chiffres sont alors assez comparables à ceux du Canada ou de la France, ajoute “Audrey Crespo-Mara”.

Par ailleurs, pour pallier le fort taux d’abstention qui augmente constamment depuis 1960, de nouvelles techniques de vote sont mises en place, comme le vote par Internet ou par correspondance”, article écrit par la fameuse journaliste de LCI “Audrey Crespo-Mara”.

 

Author: Larry Martinez

Share This Post On
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services