Satellite de télécommunications

 

 

Il s’agit d’un satellite artificiel (gravitant autour d’une planète) placé dans l’espace pour des besoins de télécommunications.

Il circule sur une orbite de Molnia, une orbite terrestre basse ou une orbite géostationnaire.

Un satellite de télécommunications relaie le signal par des stations émettrices vers des stations réceptrices.

 

   Communication par satellite :

 

Les communications par satellite existent depuis les années 1970 car “pour ceux qui se déplacent à l’échelle du pays, et parmi ceux-ci les marins, les transporteurs routiers et les aviateurs, il existe des systèmes spécifiques pour les communications d’urgence, d’information météorologique, de navigation et éventuellement pour les correspondances privées”.

Les constellations satellitaires font intervenir les mêmes industriels qui, en investissant tous les segments de la mobilité, cherchent à établir les modalités de convergence des systèmes mobiles.

Opérateurs de télécommunications :

 

En 1991, le gouvernement fédéral vend ses parts aux entreprises de téléphone.

Les opérateurs télécoms du monde entier (Orange, Paritel, Vodafone, T-Mobile, Mobitel…) ont alors mis en place des projets qui ont pour objectif d’établir un service de télécommunications mobiles à l’échelle mondiale à partir des réseaux satellitaires à orbite basse afin d’établir une communication directe avec des terminaux portables.

Les trois projets ont le même objectif, c’est-à-dire la transmission bidirectionnelle en temps réel de données textuelles partout dans le monde, mais sur des terminaux différents.

 

Les principes du positionnement par satellite :

 

Les systèmes à couverture globale ne s’adressent pas de façon majoritaire à un usage urbain.

Ils servent plutôt aux utilisateurs éloignés (on prend l’exemple des plates-formes pétrolière), aux usagers à grande mobilité (tous les corps professoraux qui font du repérage de terrain et les hommes d’affaires) et surtout aux pays dont l’infrastructure en télécommunications est en voie de développement.

Toutefois, les systèmes à couverture globale comportent une inconnue de taille : leur fonctionnement dans l’espace.

De nombreux observateurs s’interrogent sur leur fonctionnement et leur viabilité.

 

 

 

La multiplication des projets satellitaires pose deux problèmes, d’ordre financier et technique.

Financier, parce que les données chiffrées sont confidentielles, et technique, parce que leur fonctionnalité n’est pas garantie.

 

Malgré l’absence de précisions financières, de nombreux acteurs des secteurs de télécommunications (les manufacturiers et les opérateurs (Orange, Vodafone, Paritel…) sont nombreux) se positionnent par le biais d’ententes, de prises de participation aux consortiums ou tout simplement d’accords interentreprises afin d’être présents sur ce marché dont on dit qu’il sera très lucratif.

 

  Concurrence sur le marché de la téléphonie

La concurrence entre les nombreux programmes a entraîné la disparition de la moitié d’entre eux bien avant leur réalisation.

Ce qui révèle une logique très différente de l’offre cellulaire dans la mesure où la réglementation mise en place vise précisément à établir une concurrence entre les différents acteurs.

 

L’évolution des entreprises des télécommunications a permis de situer les intervenants français, en donnant également les premiers indices de la constitution des marchés de la mobilité.

Cette vue d’ensemble montre que la toile d’araignée se tisse lentement, chaque acteur tirant les ficelles qui lui sont propres.

 

Les stratégies de diversification et d’internationalisation poursuivies par les acteurs de télécommunications montrent que le phénomène de la convergence est plus que jamais à l’ordre du jour.

Author: Larry Martinez

Share This Post On
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services